Rechercher

Sport et cancer du sein : mon expérience




Le sport a toujours été important pour moi : j’ai toujours été une pile électrique et c’est un moyen parfait pour se défouler. Malgré cela, le cancer du sein change nos habitudes, et a bouleversé mon rapport au sport. C’est pourquoi je voulais vous faire part de mon expérience ! Je vous dis tout dans cet article.



Sport et cancer du sein : mon expérience. Les Minettes en Goguette

Mon expérience avec le sport


Avant mon cancer, je pratiquais plusieurs sports. Je courais déjà trois fois par semaine pendant environ 45min/1 heure, et j’avais récemment commencé l’escalade avec mon fils.

Cela me permettait de me défouler tout en faisant travailler mon corps et mon cardio.


En plus de cela, j’étais (et suis toujours) aussi une grande fan de snowboard ! J’adore les sensations que procure ce sport : la vitesse et le côté ludique, que je retrouve moins dans le ski.


J’avais même pensé à me mettre à la boxe, pour me mettre un challenge en plus. Bref, je suis une vraie fan d’adrénaline !



Pendant les traitements, toutes ces habitudes ont été bousculées.


Très vite, j’ai dû m’adapter au rythme de mon corps que la maladie avait ralenti. J’ai donc complètement arrêté les sports que je faisais.


Tous les sports avec impact et qui tiraient sur les bras n’étaient plus possibles (adieu la boxe !).


Il me restait quand même quelques options, plus adéquates avec mes symptômes :

La piscine (mais pas le crawl, qui demandait trop de tension pour les bras), et le yoga/les pilates.


Ce changement a été très brutal pour moi psychologiquement. J’ai dû faire le deuil à la fois des activités que j’aimais faire mais aussi de mon corps d’avant, sans effets secondaires et plus énergique. Sans parler des changements liés au cancer en général (impact sur ma famille, mon travail…)


J’ai d’abord essayé le yoga yin, mais j’ai arrêté car le rythme trop lent ne me plaisait pas. J’ai donc préféré faire du sport à la maison, en choisissant des vidéos de pilates sur internet…





Après les traitements (mais sous hormonothérapie), j’ai essayé de reprendre le sport de façon plus soutenue.


J’ai donc retesté plusieurs types de yoga (qui sont plus ou moins lents). J’ai alors découvert le Yoga Vinyasa, qui est plus dynamique que celui que j’avais essayé pendant mon traitement, et j’ai ajouté à cela la pratique du pilates adapté.


Le changement entre les sports énergiques et ceux plus doux reste quand même une frustration pour moi mais j’arrive mieux à trouver mon équilibre entre mes envies et mes besoins.


En revanche, ma pratique varie quand même au gré de mes effets secondaires, comme le lymphœdème qui m’empêche parfois de pratiquer le sport.


Une chose est sûre : la pratique du sport est très importante pour moi, et j’essaie quand même d’en chercher un qui me convient parfaitement. Après le bodyboard et le paddle, prochaine envie : l’aviron.


L’activité sportive permet de diminuer la fatigue et surtout de se réapproprier son corps (essentiel après un cancer du sein) ! Psychologiquement, cela aide aussi de sortir du cadre hospitalier et médical lors des traitements, et même après…

La clé est de trouver un sport qui nous corresponde !



Et vous, quelle a été votre expérience avec le sport et la maladie ? Avez-vous eu une pratique régulière ? Quel sport pratiquez-vous ? Dites-nous dans les commentaires !