Rechercher

La transparence : on en parle ?

Dernière mise à jour : 9 févr.


Donc l'article précédent, nous avons parlé de la slow fashion et du fait de bien se renseigner sur les produits avant d’acheter. Mais c’est souvent difficile de faire le bon choix quand les marques ne donnent pas d’informations ! Voici donc un article sur la transparence des marques et son importance.


Mais d’abord, qu’est que c’est la transparence ? Lorsqu’une marque est transparente, elle fait le choix de communiquer à ses clients des informations qui sont généralement confidentielles (comme le détail du prix, de la conception des produits, les coulisses de l’entreprise etc).



C’est une vraie demande des consommateurs : selon une étude Ipsos, 72% des Français attendent des marques et des entreprises qu’elles soient responsables et transparentes, et, selon une étude Abilways, 89% d’entre eux sont prêts à quitter une marque s’ils s’estiment dupés.


Mais les marques ne suivent pas toujours ! Beaucoup de grandes marques ne communiquent pas sur leur type de production. Souvent, c’est parce qu’en privilégiant un prix plus avantageux, elles engagent des travailleurs dont les salaires sont extrêmement bas. En plus de cela, les horaires et les conditions de travail sont souvent indignes. Par exemple, on a découvert récemment que 83 grandes marques sont secrètement liées au travail forcé des Ouighours en Chine. Cela représente près de 80 000 travailleurs. On vous mets le lien ici si vous voulez creuser un peu plus : Uyghurs for sale | Australian Strategic Policy Institute | ASPI


Beaucoup de marques manquent encore de communication sur l’envers de leur décor : quelles usines fabriquent le produit, dans quels pays sont-elles placées, qui sont les travailleurs, les fournisseurs etc…


Or, la transparence montre une volonté de la marque à mieux faire et qu’elle n’a rien à cacher. On peut alors connaitre ses vraies valeurs et éviter de tomber dans le piège du greenwashing (en utilisant l’argument de l’écologie à tord pour inciter les prospects à acheter)


De plus en plus de clients sont des « consomacteurs » (comme nous !) : ils achètent chez des marques qui sont alignées avec leurs valeurs. La transparence crée alors un lien de confiance entre le client et la marque.





Alors comment faire pour savoir ce qui se cache derrière les produits lorsque la marque manque de transparence ? Il existe quelques outils :




Yuka : Une référence française pour les marques alimentaires et cosmétiques, elle donne un score aux produits que l’on scanne.


· Pour les aliments, la notation se fait selon la qualité nutritionnelle, qui représente 60% de la note, la présence d’additif, qui représente 30% de la note, et la dimension biologique, qui représente 10% de la note.



· Pour les cosmétiques, la notation se base sur la qualité des ingrédients et leur catégorie de risque (sans risque, risque faible, risque modéré et à éviter). Si le produit contient un ingrédient à risque, alors il sera automatiquement en dessous de 25/100.



· En plus de ça, l’écoscore note l’impact du produit sur l’environnement : c’est une méthode de notation indépendante qui donne un score de A à E, et évalue l’impact d’un produit sur l’environnement grâce à une dizaine de critères.



Il existe aussi l’équivalent en cosmétique (Clean Beauty) et dans la mode (Clear fashion) !




Clean Beauty : C’est une application qui identifie des ingrédients interdits et à controverse chez les produits de beauté (dont les vernis à ongle, les teintures capillaires, le maquillage…). Il faut simplement photographier la liste des composants pour avoir une explication de ceux-ci.